Journées « Loose »…

Heures d’arrivées en amphithéâtre cette semaine :

Lundi : 13h30
Mardi : 14h30
Mercredi : 11h30
Jeudi : …
Vendredi : 13h30 pour partir à 14h30

Encore une semaine studieuse… Néanmoins, j’aurais sans doute pu augmenter mes heures de présence si je n’étais pas allé à la soirée médecine « Rock on the boat », qui d’après le slogan nous promettait un son très brittish avec les Beattles, the strokes et tutti quanti… J’y ai cru, et j’y suis allée, pleine d’espoir d’entendre enfin de la vraie musique ! Naïve, crédule, on ne m’y reprendra plus ! Je ne critiquerai pas davantage, car la soirée était plutôt agréable. Il n’y avait pas trop de monde et j’ai bien aimé le cadre : une péniche en plein coeur de Paris. En d’autres termes « Cette soirée aurait pu etre une tres tres bonne soirée », dommage…

And I’ll survive, I will survive…

Retour de vacances, évidemment non méritées, et déjà une pille d’une 50taine de cours trône sur mon bureau ! Je ne dirai mot sur les examens passés : sujet sensiblement tabou…
Staphylococcus aureus et streptococcus pyogenes se sont entendues pour pourrir de façon définitive mon sommeil ô combien sacré. Le nouveau trimestre est déjà bien entamé, microbiologiquement parlant, et fait déjà trembler les plus stressés d’entre nous, n’ayant qu’une seule question en bouche : KB ou Pilly? Pour ma part je ne me suis pas encore décidée, j’irai sans doute tester les deux à la BU.

A deux jours des partiels…

Ce ne serait pas drôle s’il ne faisait pas un temps magnifique dehors, si la température n’atteignait pas les 18 degrés, et si je n’avais pas un masque à confectionner pour la soirée post-partiels ! Non, ce ne serait décidément pas drôle du tout ! Il me reste environ une dizaine de cours d’anapath à lire, 3 objectifs d’infomed à comprendre (apprendre serait une perspective inespérée), quelques cours de pharmacologie à revoir, et surtout surtout savoir compléter le formulaire de biostatistiques incomplet de l’examen, sans compter quelques bricoles de dernières minutes telles que l’apprentissage du polycopié d’anapath pour l’examen pratique ! Un bon week-end en perspective !

Bernouilli, mon ami…

Réminiscence de phrases oubliées, ou comment se replonger dans les lointains théorèmes de la première année… Pour le bon plaisir d’un de mes gourous, je suis allée nicher mon nez du coté de la mécanique des fluides pour retrouver une équation. Souvenir nostalgique de nombreuses heures passées à appliquer bêtement des formules toutes aussi barbares les unes que les autres. Le problème était simple :
« A ton avis? Quelle relation y a-t-il entre la hauteur de ma perfusion et la vitesse d’écoulement? ». Frustrée de ne pouvoir répondre immédiatement, j’ai recherché ce soir les quelques outils nécessaires pour répondre à la question. Au bout de quelques minutes, le travail était fait : Il s’agissait purement et simplement d’une application du théorème de Bernouilli dans l’exemple de la clepsydre. Je suis un peu déçue de ne pas m’en être souvenue, car le détail de la solution fait peine à voir :

Vo = Racine(2gH)

Tout celà  pour dire, que cette foutue première année viendra toujours nous hanter! Quoiqu’il en soit, Bernouilli m’a quelque peu soustraite l’espace d’une soirée à l’ apprentissage de l’informatique biomédicale. Sans doute l’une des pires matières jamais inventées ! Des pages et des pages de tirets incompréhensibles et ennuyeux !

Goodbye APHP !

On a beau dire, le dimanche soir est sans doute le pire moment de la semaine pour tout être humain âgé d’au moins 3 ans. Une exception à la règle : l’étudiant en médecine en pré-externat…Ce jour-là ne diffère d’aucun autre, à savoir 24 heures qu’on ne sait trop comment occuper…

Mon dernier jour de stage de l’année était lundi dernier. L’hôpital me manque. C’est vrai, lorsque l’on est étudiant en médecine, que l’on nous demande d’assimiler des quantités d’informations, et celà pendant une dizaine d’année tout au moins, il nous arrive parfois de penser : »mais celà a t il vraiment un sens? », ou encore : »pourquoi devrais je passer mes plus belles années le nez collé dans d’énormes bouquins sous les affreux néons de la bibliothèque? ». La réponse se trouve au lit du malade, lorsque l’on se sent utile. Et qu’un sourire suffit à nourrir l’envie et l’effort de quelques années. Alors oui, je suis quelque peu nostalgique de mon vrai dernier dimanche soir. Pourtant je devrai etre concentrée sur l’arrivée prochaine de mes partiels, la tête remplie de formule de stats. Mais non rien à faire, je suis trop impatiente d’enfiler à nouveau ma blouse blanche, d’accrocher mon badge orange, en enroulant avec fierté mon stéthoscope autour du cou!




La ROCHE POSAY |
L'atelier d'Ysyade |
SOPHROLOGIE-COACHING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mareferencebeaute
| Gestion environnementale
| ongaanti-cabinet